Quelques remarques à propos de la théorie des archétypes et de son épistémologie

Publié en été 2013
par Martin-Vallas François

Dans cet article, l’auteur tente de montrer qu’avec son concept d’archétype Jung cherche à relier différents niveaux de sa pensée, poursuivant ainsi le travail subjectif de ses Livre Noir et Livre Rouge, en le reprenant dans le champ de ses recherches scientifiques.

Partant principalement du travail de Jean Knox, l’auteur met en évidence quelques données de l’épistémologie de Jung, et la resitue dans l’évolution de l’épistémologie scientifique du XXe siècle. Il développe ensuite l’épistémologie propre aux systèmes complexes, avec les notions d’émergence et d’attracteurs étranges, pour proposer l’hypothèse selon laquelle il est possible d’envisager l’archétype comme attracteur étrange au sein du système complexe qu’est la psyché humaine.

Il développe ensuite l’idée que la pensée de Jung ne peut être clairement clivée entre sa pensée subjective d’une part, et sa pensée scientifique d’autre part. La pensée de Jung est complexe, au sens où l’entend Edgar Morin, et chacune des formes qu’elle peut prendre est en interaction permanente avec les autres.

Cette approche de l’épistémologie jungienne permet de comprendre les diverses interprétations de sa notion d’archétype autrement que comme opposées les unes aux autres. Chacune, à son niveau et de son point de vue, exprime un aspect de cette notion. Elle exige aussi des cliniciens qu’ils ne s’enferment pas dans une seule optique théorique, mais qu’ils acceptent, comme Jung le fit pour lui-même, que leur pensée devienne complexe, comme l’est la situation clinique de l’analyse. Enfin elle ouvre à une appréhension émergentiste du point de vue téléologique et permet de le dégager du créationnisme.

Martin-Vallas François

François Martin-Vallas, MD, PhD, est psychiatre, psychanalyste et docteur en psychologie, membre superviseur de la Société Française de Psychologie Analytique et de l’Association Internationale de Psychologie Analytique. Il est aussi membre de l’‘International Association for Jungian Studies’, l’‘International Neuropsychoanalysis Society’ et la ‘Society for Chaos Theory in Psychology & Life Sciences’.

Autres articles du même auteur :